ROST

Oct 24

ROST a été présenté lors du vernissage de l’exposition “No Trouble Interactive Exhibition“, dont le thème était “le trouble”.

Le trouble apparait comme un état complexe car incompréhensible, impossible à appréhender. Nous le connaissons en tant qu’humains mais que serait le trouble pour une machine ?
Un bug informatique ? Non, la machine soit n’en a pas conscience car elle est «morte» en même temps, soit c’est pour elle un paramètre parfaitement mesurable et quantifiable.
Une corruption de donnée ? Elle n’a même pas conscience de ce que signifie la donnée.

La machine n’a aucune idée de ce qu’elle est en train d’accomplir, elle ne fait que brasser des données.
Au vu de la quantité astronomique de calculs qu’une machine est obligée de faire pour appréhender notre réalité, sortir du trouble de notre réalité – et encore, elle n’aura alors fait que transformer des données sans sens en autres données qui n’en ont pas plus pour elle: des cordonnées spatiales, des intensités de signaux,… – on peut dire que la machine n’a qu’une vision trouble de notre réalité.

La “vision” d’une machine, le seul langage qu’elle puisse appréhender se trouve dans le domaine mathématique:

4,75,2,753,91,29 – est trouble, n’a pas de sens
2,4,29,75,91,753 – a du sens.

L’image d’un visage ou d’un corps a du sens pour nous, humains. Pour une machine, il ne s’agit que d’une suite de couleurs organisées de manière incompréhensible.
La machine «rost» nous montre sa propre vision de notre réalité. Plutôt que d’afficher des pixels dans un ordre qui n’a aucun sens, elle les trie, les organise selon ses critères de machine* afin de leur donner un ordre, une représentation qui ait du sens pour elle.

Dès que la machine sort du trouble, nous y tombons. Nos visages et nos corps n’ont plus de sens. Pourtant tout est là, trouble.

*Le langage de programmation de «rost» (Processing, donc Java) définit une couleur au moyen de 32 bits. Dans ces 32 bits sont stockées 4 informations: transparence, rouge, vert, bleu. Chacune de ces information dispose de 8bit, soit une valeur entre 0 et 255. Par exemple, la couleur rouge s’exprime comme ceci:
00000000 11111111 00000000 00000000
On peut exprimer ces 32bits en décimal, ce qui pour notre exemple donne 16711680. Voilà comment «rost» obtient un nombre pour chaque pixel qu’il reçoit de la camera, et peut ensuite les trier.

Putting squares together

May 21

An attempt to make something with low-fi live video.

The video is used to randomly determine colors and shapes. Once a color is found, it will be tracked in every image of the video. The program will then draw shapes corresponding to that particular color. By mixing colors and a few other parameters, we obtain some kind of painting tool, very unpredictable but certainly interesting.

I made a short video of the thing in action. This capture has been made with a fixed camera and a moving subject. At that time I didn’t realize I could also move the camera itself! (which is the case for above pictures)

Putting squares together from Emmanuel Pire on Vimeo.